Voici un article que nous a transmis un Frère, membre de la Loge France d’Irlande 884.

Selon lui, la reconnaissance par la GLUA est fondamentale. Il ne saurait être question de tergiverser et encore moins de gloser.

Joseph 

............................................................................................................................................................................................

 

La Franc-maçonnerie universelle est,  par son origine,  une tradition humaniste et particulière liée à l’art de l’architecture puis aux principes des bâtisseurs de cathédrales dont une partie importante figure dans le Regius.

 

Elle est aussi dans son organisation originelle, Anglaise. Il n’est nul besoin de retracer son histoire de 1717 à nos jours pour s’y référer.

 

Etre Franc-maçon, c’est donc respecter la tradition et être reconnu par la GLUA quelles que soient les réserves des uns et des autres. L’oubli de l’histoire, des traditions et du passé nous conduit  à un éloignement et à un éclatement de tous ceux qui pensent avoir raison contre tous ceux qui pensent la même chose.

 

La suppression de la reconnaissance de la GLNF par la GLUA a pour cause actes ou actions peu compatibles avec les règles et conduisant à une oligarchie ou à un népotisme prétendu fraternel ainsi qu’un attrait pour les ors et les rubans de petits pouvoirs (ces derniers sont également très présents dans les autres dites obédiences françaises).

 

A la suite de l’éclatement de la Franc-maçonnerie en France et de sa disparition en tant que Franc-maçonnerie traditionnelle,  le seul recours de l’histoire et de la tradition est de se rallier à l’une des Grandes Loges anglo-saxonnes  i.e. l’Angleterre, l’Ecosse ou l’Irlande afin de retrouver les racines. 

 

Tous peuvent se réclamer des règles, clamer leur régularité à eux-mêmes, ce ne sont que des copies. Et même bonnes, difficiles à distinguer, ces copies sont toutefois reconnaissables car elles ont des cadres ou des entourages différents.

Il est coutume de dire d’un homme considéré comme libre et de bonnes mœurs qu’il est un « Maçon sans Tablier » ce qui est un non-sens.  Il y a désormais des Tabliers sans Maçon.

Par contre, toute tentative, et il y a pléthore, de se réunir, même en imitant au mieux la Tradition Maçonnique, reste un engagement de chacun. Souhaitons qu’ils restent libres et de bonnes mœurs mais ils ne sont pas pour autant Francs-maçons.

 

Il est d’ailleurs impressionnant de voir des Frères de la GLNF, de la GLAMF et d’autres obédiences se précipiter vers des candidatures à des Grandes Loges exotiques qui acceptent une double appartenance (y compris à cacher ou négocier avec la GLUA leur double position) pour se dire « Reconnus », connaissant parfaitement et un peu honteusement leur état.

 

Etre Franc-maçon, c’est respecter la Tradition et par conséquent la reconnaissance de la GLUA.     

 

Quintilius